À la Une

Pierre Loti
a de beaux restes

Un tour du monde animalier, de Pierre Loti : Loti a de beaux restes

Pierre Loti (entre 1885 et 1895) © CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet

Aujourd’hui assez oublié, Pierre Loti était un ami des bêtes, qui voyait dans la violence à leur encontre un exemple éloquent de la méchanceté humaine. Du massacre des chiens errants de Constantinople à un phoque facétieux du Cap Horn, Un tour du monde animalier regroupe un ensemble de textes que l’auteur de Pêcheur d’Islande leur a consacrés.
Lire la suite…
par Maurice Mourier

Deux ou trois choses
que je sais du monde

Récits B, de Frédéric Ciriez : deux ou trois choses que je sais du monde

Frédéric Ciriez (mai 2021) © Jean-Luc Bertini

Récits B est un recueil de nouvelles publiées à l’origine dans des revues et des circonstances variées, souvent pour des commandes, d’éditeurs, de bibliothèques, de galeries, de centres culturels ou de rien. Sur une diagonale Bretagne-Paris-Algérie, Frédéric Ciriez décrit l’enlaidissement du monde, avec beaucoup de liberté.
Lire la suite…
par Cécile Dutheil
de la Rochère

Le roman d’assises

Ritournelle, de Dimitri Rouchon-Borie : le roman d'assises

Quelques mois après un puissant premier roman, Le démon de la colline au loup, Dimitri Rouchon-Borie, chroniqueur judiciaire au Télégramme, nous revient avec Ritournelle. À partir d’un fait divers, il fait le récit saisissant d’une virée dans l’horreur en compagnie de trois types ordinaires, dans un style renouvelé, sec et imagé.
Lire la suite…
par Julien Mucchielli

La violence des prisons

Une institution dégradante, la prison, de Corinne Rostaing

Cellule de la maison d’arrêt d’Avignon (fermée en 2003) © Fonds ENAP / ENAP–CRHCP

Corinne Rostaing livre une synthèse précise et d’une utile virulence sur la prison, cette institution démocratique toujours tenue loin de l’agenda politique, à travers une analyse très fine du processus de dégradation dont les prisonniers, leurs familles mais aussi les surveillants sont l’objet.
Lire la suite…
par Philippe Artières

« Ce ne sont pas des habitants »

Où sont les “gens du voyage” ? : un Inventaire critique de William Acker

Aires d’accueil à Aulnay-sous-Bois, Strasbourg, Drancy et Avignon © D.R.

Le juriste William Acker nous fait toucher du doigt et de l’œil ce que le bannissement veut dire en 2021, en étudiant la localisation des lieux d’accueil des voyageurs, Manouches, Yéniches, Roms et Gitans dans Où sont les gens du voyage : près des stations d’épuration, des déchèteries ou des décharges, aux abords des chenils ou des abattoirs…
Lire la suite…
par Jean-François Laé

Les couleurs de ce qui n’est plus

Mars Violet, d'Oana Lohan : les couleurs de ce qui n'est plus

Oana Lohan © Robbie Lee

Dans la tourmente de l’insurrection bucarestoise du 23 décembre 1989, Dan, la vingtaine, un ami de la narratrice de Mars Violet, est tué d’une balle. Cet évènement est le point mort autour duquel s’organise le premier roman tout en fragments d’Oana Lohan, qui raconte le passage d’une société, d’un pays, d’un âge à un autre.
Lire la suite…
par Feya Dervitsiotis

Les escrocs de l’écran

L’arnaque à la nigériane, de Nahema Hanafi : les escrocs de l'écran

Couverture de « L’arnaque à la nigériane » © Anarchasis

Spécialiste de l’écrit épistolaire dans l’Europe des Lumières, Nahema Hanafi s’intéresse à un tout autre genre de lettres : les courriers électroniques envoyés par des escrocs pour arnaquer des internautes en leur faisant miroiter une promesse d’argent. Si L’arnaque à la nigériane démontre l’intérêt de l’ethnographie numérique, l’absence d’enquête sur place laisse dans l’ombre la réalité prosaïque de ce qu’on nomme les « brouteurs ».
Lire la suite…
par Julien Bonhomme

L’année nigériane

Manuwa Street, de Sophie Bouillon : 2020, l'année nigériane

Lagos (2019) © Drone photography by Code For Africa/AfricanDRONE

On pourrait croire que le métier de journaliste d’agence est aussi impersonnel qu’une dépêche. C’est tout l’inverse que propose Sophie Bouillon avec Manuwa Street, du nom de la rue de Lagos où, directrice adjointe du bureau de l’AFP au Nigeria, elle vit depuis 2016. Son livre raconte l’histoire d’un tournant : dans la vie d’un pays, mais aussi dans celle d’une journaliste sur place – le tournant de l’année 2020.
Lire la suite…
par Pierre Benetti

Et aussi…

Souvenirs
de prison sous
la dictature brésilienne

En février 1971, le régime brésilien arrêtait le metteur en scène Augusto Boal (1931-2009). Il raconte son incarcération dans Miracle au Brésil, un émouvant témoignage paru en 1974 et traduit aujourd’hui en français.
Lire la suite…
par Michael Löwy

Assia Djebar, dans l’ombre
des pères

Depuis le décès d’Assia Djebar, en 2015, ses lecteurs attendaient Les larmes d’Augustin, dernier volet du « Quatuor algérien ». Ce texte paraît en tapuscrit de 75 feuillets, signé de quelques biffures et présenté tel quel.
Lire la suite…
par Tristan Leperlier

Chroniques d’une ville fantôme

Dans Terre liquide, de Raphaela Edelbauer, un monde fantastique affleure sous celui qu’on dit réel, au point de le déborder et d’affoler les boussoles de la raison : la jeune Autrichienne signe un premier roman très réussi.
Lire la suite…
par Jean-Luc Tiesset

Emmanuel Régniez nous plonge dans les ténèbres, Éric Sarner s’inscrit dans la lignée de l’objectivisme, l’inconnu du Nebraska Wright Morris traduit en français…

Et toujours à la Une…

Hanna Krall derrière les fenêtres

Hanna Krall, Les fenêtres En attendant Nadeau

Hanna Krall © Krzysztof Dubiel

Lorsque le deuxième roman d’Hanna Krall est paru en 1987 dans les circuits éditoriaux clandestins, la romancière polonaise, empêchée d’exercer son métier de journaliste par la loi martiale, survivait en travaillant à des scénarios pour Krzysztof Kieślowski. Traduit aujourd’hui par Margot Carlier, Les fenêtres confirme, après La sous-locataire, une manière singulière de restituer le passé dans le présent d’un moment.
Lire la suite…
par Jean-Yves Potel

Dialoguer par-delà les siècles

Conversation avec un métis de la Nouvelle-Espagne, de Serge Gruzinski

Penseur majeur de la première mondialisation du XVIe siècle et de la pensée métisse qu’elle a créée en Amérique, Serge Gruzinski propose dans cette Conversation avec un métis de la Nouvelle-Espagne un essai dont la forme, innovante, épouse à merveille le fond d’un propos captivant.
Lire la suite…
par Pierre Tenne

Crimes pour de vrai, crimes pour rire

Chronique Suspense 39 Claude Grimal En attendant Nadeau

© Thomas Fading / Creative Commons

L’été approche, et il est temps de faire provision de polars pour les vacances : la chronique menée par Claude Grimal examine cinq livres de Paul Nirvanas, Jerry Pinto, Michael Connelly, Jørn Lier Horst et Franz Bartelt.
Lire la suite…
par Claude Grimal

Les lettres du Bon Dieu
à une adoratrice

Lettres à une jeune poétesse : la correspondance Rilke-Anita Forrer

R.M. Rilke par P. Modersohn-Becker (1906)

Le goût de Rainer Maria Rilke pour l’écriture épistolaire est un de ses traits les plus singuliers. On peut lire pour la première fois en français sa correspondance avec Anita Forrer sous le titre Lettres à une jeune poétesse.
Lire la suite…
par Jacques Le Rider

Marcel Detienne,
un drôle de paroissien

Avec Marcel Detienne, de Vincent Génin : un drôle de paroissien

© Labor et Fides

À partir de nombreuses archives inédites et d’une visite qu’il lui a rendue, Vincent Genin propose une biographie subjective de l’helléniste Marcel Detienne (1935-2019), un anthropologue qui voulait considérer les Grecs « dans leur altérité ».
Lire la suite…
par Richard Figuier

Une brute
avec un œil

Le brutaliste, de Matthieu Garrigou-Lagrange : une brute avec un œil

© Paulo Juntas / Creative Commons

Dans les années 1980, une affaire de viols fait tomber Tomás Taveira, l’un des architectes les plus connus du Portugal. En mêlant l’enquête à la fiction, le roman de Matthieu Garrigou-Lagrange revient sur le destin d’un personnage aussi effrayant que fascinant.
Lire la suite…
par Alexandra Guiral

Bouveresse, Flaubert et la bêtise

Jacques Bouveresse, La connaissance de l’écrivain Gustave Flaubert Bouvard et Pécuchet

Cabinet de travail de Flaubert à Croisset, par Georges Antoine Rochegrosse (1874) © Gallica/BnF

Le philosophe Jacques Bouveresse, qui vient de disparaître, pensait que la littérature peut apporter une connaissance, de la réalité, de la vie et de l’éthique. Qu’en aurait dit Flaubert, tenant de l’autonomie absolue de la littérature et dont les 200 ans sont fêtés par une dernière Pléiade ? On peut essayer de se poser ces questions à propos de Bouvard et Pécuchet et de son encyclopédie de la bêtise, dans cette superbe édition renouvelée.
Lire la suite…
par Pascal Engel

Traduire le bruit de l’Odyssée

Homère, L’Odyssée. Trad. du grec ancien par Emmanuel Lascoux

Détail des « Aventures d’Ulysse » par Apollonio di Giovanni (entre 1435 et 1445) © Art Institute of Chicago

Il existe déjà une grosse vingtaine de traductions françaises de l’Odyssée, mais celle qu’Emmanuel Lascoux vient de publier propose une rupture nette en tentant de « faire renaître autrement » la biodiversité grecque. Le traducteur privilégie l’oralité, les sons ; le poème d’Homère y gagne un parfum d’aventure, une proximité avec les personnages.
Lire la suite…
par Santiago Artozqui

L’énigme Gu Cheng

Gu Cheng, spectre en Ville suivi de Ville et "Sur l'ïle" En attendant Nadeau

Gu Cheng © Gu Xiang

Inespérés, les écrits en vers et en prose du poète chinois Gu Cheng (1956-1993) sont nés en des temps de tourmentes de masse. Claude Mouchard, de la revue Po&sie qui publia les premières traductions de Gu Cheng, lit ces textes aussi clairs que troublants.
Lire la suite…
par Claude Mouchard

Menés en bateau

Antonio de Guevara, L’art de naviguer, suivi de Pierre Senges, L’art de faire naufrage

Naufrage du Costa Concordia © Roberto Vongher / CC BY-SA 3.0

Antonio de Guevara voulait dissuader les hommes de s’embarquer : que l’évêque espagnol du XVIe siècle fût totalement incompétent en la matière ne l’empêcha pas de composer L’art de naviguer, assez exhaustif quant aux désagréments des galères. Nuisances auxquelles on peut échapper, comme le rappelle Pierre Senges en seconde partie de ce volume, en pratiquant un bel « art de disparaître » : le naufrage.
Lire la suite…
par Jean-Paul Champseix

Le sordide
et le céleste

Gabriel Josipovici met en scène une historienne d’art fascinée par l’œuvre de l’artiste américain Joseph Cornell (1903-1972), connu pour ses boîtes surréalistes. On retrouve l’ambiguïté du romancier dans cette intrigue composée presque entièrement de conversations, cette étude de l’isolement d’un intellectuel.
Lire la suite…
par Steven Sampson

Les bêtes en toutes lettres

Une bête entre les lignes est, selon Anne Simon, son auteure, un « livre-monstre » : un essai ambitieux sur ce que la littérature doit aux bêtes. Nadia Tazi rend compte de cet essai, qui analyse la zoopétique à partir de romanciers français et contemporains et compile plusieurs décennies de travaux universitaires, sous la forme d’un abécédaire-bestiaire.
Lire la suite…
par Nadia Tazi

La folie John Cowper Powys

Il admirait Dostoïevski et son « pouvoir particulièrement russe de se ruer sur la souffrance » : John Cowper Powys (1872-1963) était un esprit encyclopédique, saturnien et avide de savoir. Son livre le plus inquiétant, Rodmoor, est réédité aujourd’hui au Bruit du temps : une promenade avec l’amour et la mort dédiée aux « mânes d’Emily Brontë ».
Lire la suite…
par Linda Lê

Constance Joly fait le portrait intime de ses liens familiaux, Amos Gitaï rend compte d’un séisme et de ses répliques : le meurtre de Yitzhak Rabin, un ouvrage en hommage à l’œuvre de Vincent Descombes

Les poètes russes d’aujourd’hui

Anthologie de la poésie russe du début du XXIe siècleL’Anthologie de la poésie russe du début du XXIe siècle est construite en trois parties : les poètes actifs avant 1989, puis ceux qui n’ont pas connu le régime soviétique, enfin ceux qui vivent hors de Russie. Un ouvrage dirigé par Tatiana Victoroff qui rappelle que la poésie russe conserve cet équilibre entre âme et esprit, émotion et réflexion.
Lire la suite
par Odile Hunoult

Federigo Tozzi, le rêve du livre libre

Deux nouvelles parutions, Le domaine et Barques renversées, permettent de pénétrer plus avant dans l’univers de Federigo Tozzi

Federigo Tozzi © D.R.

Salué par Luigi Pirandello et Italo Calvino, Federigo Tozzi (1883-1920) reste, malgré plusieurs traductions signées Philippe Di Meo, trop méconnu en France. Deux parutions, Le domaine et Barques renversées, permettent de pénétrer plus avant dans l’univers de l’écrivain siennois.
Lire la suite…
par Linda Lê

Retrouvez les anciens numéros d’En attendant Nadeau, en version numérique ou en PDF téléchargeable, sur notre page Version PDF.