À la Une

Éloge d’un sens ignoré

Des mains heureuses, de Claire Richard : éloge d'un sens ignoré

© Jean-Luc Bertini

La vue et l’ouïe ont été les sens les plus sollicités pendant la période du confinement. Et on se rappelle ces images de personnes âgées que plus personne n’avait le droit d’approcher et surtout de toucher. Des mains heureuses, de Claire Richard, sous-titré « Une archéologie du toucher », célèbre ce sens, tel qu’on en use, diversement, de la naissance à la mort.
Lire la suite…
par Norbert Czarny

Bassorah rêvée

Les jardins de Basra, de Mansoura Ez-Eldin : Bassorah rêvée

Une vieille maison chaldéenne à Bassorah © CC2.0/Mar Sharb

Basra (aussi appelée Bassorah) Alep, Aden, ou encore Benghazi : des villes réduites à une toponymie militaire, qui évoquent la violence et la destruction. Pour se déprendre de la sinistre image qui colle aux basques de la cité irakienne, il faut lire le nouveau roman de l’écrivaine égyptienne Mansoura Ez-Eldin, Les jardins de Basra.
Lire la suite…
par Jean-Loup Samaan

La BD hors de la niche

Jessica Kohn : une histoire sociale de la bande dessinée

Hachel, « Mésaventures (presque) sans paroles », planche 12, dans « Spirou », 1434, 1966

À la fin des années 1970, Will Eisner publie Un pacte avec Dieu. Sur la couverture, il est précisé qu’il s’agit d’un « roman graphique ». L’expression va se populariser, manifestant un clivage entre BD « pour enfants  » et BD « sérieuse ». Une question de légitimité abordée d’une manière originale par l’historienne Jessica Kohn.
Lire la suite…
par Pierre Tenne

De la Genèse à l’Apocalypse

Amnésie collective de Koleka Putuma, de la Genèse à l’Apocalypse

Koleka Putuma © D. R.

En Afrique du Sud, un bestseller est un livre vendu à plus de 3 000 exemplaires. Or plus de 10 000 copies d’Amnésie collective ont été vendues depuis sa parution, en 2017. Koleka Putuma, poétesse noire et queer née en 1993, parle à une génération qui n’a pas connu l’apartheid, mais n’arrive pas à s’extraire de la violence et de la pauvreté.
Lire la suite…
par Georges Lory

Blablas et cars au Sénégal

Le transport a le dos large, de Sidy Cissokho : blablas et cars

Une station de bus dans la commune de Grand Yoff, à Dakar (2010) © CC2.0/Jeff Ataway/WikiCommons

Si « le transport a le dos large » au Sénégal, c’est parce que ce secteur représente bien plus qu’une activité économique. Justice sociale, redistribution économique, systèmes de solidarité… Avec son étude sur Les gares routières, les chauffeurs et l’État au Sénégal (1968-2014), Sidy Cissokho nous montre comment fonctionne réellement une économie.
Lire la suite…
par Jean-François Laé

Exotisme, colonialisme, prédation

Pierre Loti, Victor Segalen : exotisme, colonialisme, prédation

© Arléa

Yannick Le Marec livre une étude documentée et précise des pratiques de vol systématique auxquelles se livrèrent les Occidentaux au cours de leur immense entreprise colonisatrice du XIXe siècle en Extrême-Orient, en convoquant les figures de deux marins-écrivains qui l’ont accompagnée : Pierre Loti et Victor Segalen. Le second est également le sujet d’un récit séduisant et convaincant signé Christian Doumet.
Lire la suite…
par Maurice Mourier

Habiter un monde qui pue

Tanella Boni, Sans parole ni poignée de main

Dans le quartier de Marcory, à Abidjan © CC4.0/Kalyss/WikiCommons

En août 2006, le Probo Koala a déchargé à Abidjan près de 600 tonnes de déchets toxiques, causant la mort d’au moins dix-sept personnes et l’intoxication d’une centaine de milliers d’autres. La philosophe, poète et romancière ivoirienne Tanella Boni revient sur ce désastre criminel dans un roman philosophique aux faux airs de polar.
Lire la suite…
par Catherine Mazauric

Marías n’échappe pas à sa légende

Javier Marías, Tomás Nevinson.

© Jean-Luc Bertini

On n’échappe pas à sa légende. Cette phrase pourrait résumer le destin de l’agent secret Tomás Nevinson, héros et narrateur du dernier roman de Javier Marías, mais pourrait aussi figurer en épitaphe de l’œuvre entière de l’écrivain espagnol, disparu en 2022.
Lire la suite…
par Emmanuel Bouju

Serres, un merveilleux conteur

Michel Serres, Œuvres complètes 1. Cahiers de formation

Michel Serres © Basso Cannarsa/Opale.photo/Éditions Le Pommier

Membre de l’Académie française, auteur prolifique, invité régulier à la télévision et même chroniqueur à France Info… Le dernier Michel Serres jouissait d’une reconnaissance enviable. Les débuts étaient plus hésitants, comme le montre la publication de ses Cahiers de formation. On mesure à quel point le philosophe a peiné à trouver sa voie, mais aussi à quel point sa détestation de l’université et de son « retranchement » a été déterminante dans son parcours.
Lire la suite…
par Marc Lebiez

L’opacité à l’horizon

Patrick Jackson se souvient de Christine, une petite fille retrouvée morte sur le rivage, et reçoit dans sa chambre d’hôpital ses proches, avec lesquels le non-dit est devenu une routine. D’une architecture très classique, La surface de l’eau, le premier roman du natif de Derry Neil Hegarty, est un thriller sombre et dépaysant qui raconte l’étrangeté du monde.
Lire la suite…
par Claude Fierobe

Heidegger, explication avec la puissance

La sortie en France des Cahiers noirs a quelque peu occulté la publication de textes qui appartiennent à peu près à la même période et sont essentiels à la compréhension de la pensée de Martin Heidegger. C’est le cas de Die Geschichte des seyns (1938-1940), proposé en français sous le titre L’histoire de l’estre.
Lire la suite…
par Richard Figuier

Une leçon de silence

Luc Vezin retrace, dans un roman à plusieurs voix, la vie ordinaire d’un peintre américain extraordinaire : James Castle, né sourd dans l’Idaho, à la toute fin du XIXe siècle, reconnu comme un artiste de premier plan depuis le troisième tiers du siècle suivant, qui vécut toute sa vie dans la ferme familiale et inventa son art tout seul dans son coin.
Lire la suite…
par Roger-Yves Roche

Jean-Pierre Bat, Nicolas Courtin et Vincent Hiribarren proposent une histoire sociale du renseignement en situation coloniale, Olivier Germain-Thomas part sur les traces de lieux sacrés bousculés par le tourisme

Et toujours à la Une du numéro 166…

Rachel Bespaloff et la danse

Les Écrits sur la musique et la danse de Rachel Bespaloff

© Non-Lieu

Grâce à Olivier Salazar-Ferrer, on n’en finit pas de découvrir Rachel Bespaloff. Avec De la compréhension musicale à la métaphysique de l’instant, il réunit des textes sur la rythmique, la musique et la danse, rédigés alors qu’elle enseigne à l’Opéra du Palais Garnier. L’occasion d’observer un moment décisif dans son parcours intellectuel.
Lire la suite…
par Christian Mouze

Pope, Swift & Cie à la mode loufoque

Martinus Scriblérus : Pope, Swift & Cie à la mode loufoque

© Éditions Vagabonde

« Plus c’est savant, plus c’est bête », soutenait Gombrowicz. Inventé par six écrivains anglais en 1712, dont Jonathan Swift et Alexander Pope, Martinus Scriblerus pourrait être une incarnation de cette maxime. Pierre Lafargue et Pierre Senges s’invitent dans la traduction de 1755 d’Histoire de Martinus Scriblérus, et la douce folie du second se met au diapason des élucubrations toujours maîtrisées du premier.
Lire la suite…
par Marc Porée

Entretien avec Joyce Carol Oates

Entretien avec Joyce Carol Oates En attendant Nadeau

Joyce Carol Oates (2020) © Jean-Luc Bertini

Les entretiens avec les écrivains et les écrivaines sont généralement apaisés, régulièrement cordiaux. Cette règle connaît parfois des exceptions : la dernière en date s’appelle Joyce Carol Oates, qui vient de publier trois livres (Dans le bleu, Respire et Un (autre) toi et n’apprécie pas particulièrement les échanges avec les journalistes…
Lire la suite…
propos recueillis par Steven Sampson

Alain Bashung, un chanteur au travail

En studio avec Bashung, de Christophe Conte

© Éditions Seghers

Le journaliste Christophe Conte propose de suivre Alain Bashung au travail avec ceux qui l’accompagnaient et qui l’orientaient, ceux qui servaient « de psychanalyste ou de serrurier » en ouvrant au chanteur disparu en 2009, voix majeure du rock français, « toutes les portes qui paraissaient fermées ». Un bel essai agrémenté de nombreuses photographies.
Lire la suite…
par Norbert Czarny

En lisant en admirant

Itinéraires de délestage, de Lionel Bourg : en lisant en admirant

© Jean-Luc Bertini

Itinéraires de délestage rassemble des essais de Lionel Bourg consacrés à ses auteurs favoris, à ses compagnons de route, des personnalités très différentes qui dessinent ensemble un même paysage d’inspiration : André Breton, Nicolas Bouvier, Joë Bousquet, Thierry Metz…
Lire la suite…
par Laurent Albarracin

Dans la nuit de Tervuren

King Kasaï : Christophe Boltanski dans la nuit de Tervuren

Christophe Boltanski © Jean-Luc Bertini

Inauguré en 1910 comme musée du Congo belge, devenu le musée royal de l’Afrique centrale en 1960, l’AfricaMuseum (depuis 2018) de Tervuren est l’un des cas exemplaires de la longue et difficile décolonisation des musées. Dix ans après Minerais de sang, récit-enquête sur l’exploitation des ressources du Congo, c’est dans ce lieu que Christophe Boltanski a passé « sa » nuit au musée à l’invitation de la collection éponyme.
Lire la suite…
par Cécile Dutheil de la Rochère

Des voix contre le chaos

Kae Tempest et Marie-Claire Blais

« Untitled » © CC2.0/Rookuzz/Flickr

Un cœur habité de mille voix suit une journée dans la vie de René, transsexuel nonagénaire autour duquel gravitent des personnages féminins parfois croisés dans d’autres romans de Marie-Claire Blais ; Kae Tempest réunit sept anonymes dans la tempête londonienne pour lancer l’alerte contre les violences et l’indifférence. Deux textes, deux styles très différents pour dire une même révolte.
Lire la suite…
par Sophie Ehrsam

Les antiprogressistes

Pablo Stefanoni et Michel Houellebecq

Margaret Thatcher © CC2.0/Andy Maguire/Flickr

Si elles continuent de se diviser sur de nombreux sujets, les droites occidentales se sont unies au cours des dix dernières années autour d’un certain nombre de théories, et surtout de pratiques, comme l’ironie, la provocation et l’incorrection politique. Le journaliste argentin Pablo Stefanoni plonge Dans le laboratoire des contre-cultures néo-réactionnaires pour comprendre la façon dont celles-ci tentent d’apparaître comme les « rebelles » de notre temps.
Lire la suite…
par Danielle Tartakowsky

La parution des propos islamophobes de Michel Houellebecq dans la revue Front Populaire a remis en jeu la question de son statut. Est-il un simple écrivain, comme le soutient souvent la presse française, ou un militant politique, qui utilise la littérature pour faire passer ses idées et éviter la justice ? Vincent Berthelier, qui a publié un livre sur Le style réactionnaire. De Maurras à Houellebecq, analyse pour EaN les stratégies de l’auteur.
Lire la suite…
propos recueillis par Pierre Tenne

La nuance contre la pureté

Sylvain Tesson et Michel Pastoureau

Deux livres ont paru à l’automne 2022 sous le même titre, Blanc. Le premier est l’Histoire d’une couleur et s’intéresse à ses nuances, le second le compte-rendu d’une ascension qui ne voit du blanc que sa pureté. L’ouvrage de Michel Pastoureau se lit tranquillement d’une traite, tandis que la lecture de Sylvain Tesson se poursuit difficilement au-delà de vingt pages.
Lire la suite…
par Paul Bernard-Nouraud

Original Bankster

Les millions de Monsieur Mellon Romain Huret

Andrew William Mellon, en 1925 © CC0/Library of Congress

Ce pourrait être le sujet d’un film de Frank Capra : dans les années 1930, un éminent membre de l’aristocratie industrialo-financière américaine, collectionneur d’art et ancien secrétaire au Trésor de trois présidents, est traîné devant les tribunaux pour fraude fiscale. Romain Huret raconte le procès d’Andrew Mellon, qui est aussi l’histoire d’une transformation dans la manière d’envisager la justice économique.
Lire la suite…
par Jean-Paul Champseix

Le théorème de l’action indirecte

Vérité romanesque : l’expression de René Girard est le dénominateur commun des deux livres de Thierry Marchaisse et Bianca Romaniuc-Boularand. Le premier propose une Une cryptanalyse de la Recherche avec Le théorème de Proust, la seconde étudie la place de L’action indirecte dans ce grand roman des intercessions.
Lire la suite…
par Jean-Claude Dumoncel

Une femme à Crimée

Au début des années 2000, Léonora Miano a écrit Stardust : un texte autobiographique décrivant la vie d’une jeune femme de vingt-trois ans, Louise, et de son bébé d’un an, Bliss, dans un centre d’hébergement pour femmes du XIXe arrondissement de Paris. Un récit brutal et édifiant, resté inédit, que l’on peut découvrir vingt ans après les faits.
Lire la suite…
par Anne Schneider

La traduction illimitée

Shira Abramovich, Camille Blanc, Lénaïg Cariou et Nadia Wolff signent une traduction collective de Bienvenue à tous/The Happy End de Mónica de la Torre, elle-même traductrice, binationale et bilingue, et dont l’œuvre est marquée, voire générée par la traduction, le jeu entre les langues. Un défi passionnant et pleinement réussi.
Lire la suite…
par Lily Robert-Foley

Le deuxième volume des œuvres poétiques de Michel Ménaché, deux livres d’Anne de Tinguy et Françoise Thom pour comprendre les virages pris par la Russie depuis trente ans…

Et à la Une du numéro 165

Comment on a écrit l’histoire depuis soixante ans

Une histoire inquiète, de Jacques Revel et Sabina Loriga

« Disappearing History » © CC0/Alan Levine/Flickr

Le livre de Jacques Revel et Sabina Loriga constitue le manuel idéal pour qui souhaite se repérer dans les liaisons et ramifications qui ont gouverné la mutation de la discipline historique depuis le « tournant linguistique ».
Lire la suite…
par Maïté Bouyssy

« Le ghetto signifie la mort ! »

Hersh Smolar, Marek Edelman : "Le ghetto signifie la mort !"

Le ghetto de Varsovie en flammes. Photographie prise à la fin d’avril 1943, pendant le soulèvement des Juifs du ghetto (auteur inconnu)

Rédigé d’abord en yiddish, en 1944, par Hersh Smolar, un des leaders de l’organisation clandestine de résistance juive, Le ghetto de Minsk, un document exceptionnel, paraît pour la première fois en français. On peut aussi découvrir l’édition française des Carnets retrouvés de Marek Edelman, un des organisateurs de l’insurrection du ghetto de Varsovie en avril 1943. Deux documents de nature différente, sur une phase capitale de la destruction des Juifs d’Europe.
Lire la suite…
par Jean-Yves Potel

L’art de la fugue

Mal d’époque, de María Sonia Cristoff : l'art de la fugue

© Éditions du Sous-Sol

Mal d’époque narre l’histoire parallèle d’un soldat paranoïde de retour à Buenos Aires, FG, et d’une chercheuse argentine qui se rend à Bordeaux en quête d’informations sur Albert Dadas, un célèbre patient psychiatrique du XIXe siècle atteint d’automatisme ambulatoire, une maladie étrange qui le conduit inconsciemment à marcher de ville en ville. María Sonia Cristoff propose une poétique en mouvement, transgressive et critique.
Lire la suite…
par Christian Galdón

Les identités multiples de Colette

2023, année Colette : les identités multiples de Colette

Colette en 1932 © Gallica/BnF

L’année 2023 est aussi celle des 150 ans de la naissance de Colette. Pour célébrer cet événement, Jean Lacoste s’est plongé dans plusieurs parutions consacrées à l’autrice des Claudine : un passionnant Cahier de l’Herne, une anthologie de textes charmants sur Paris, un plaidoyer finement argumenté de Bénédicte Vergez-Chaignon sur son attitude paradoxale pendant l’Occupation et un portrait très personnel signé Emmanuelle Lambert.
Lire la suite…
par Jean Lacoste

Reclus en liberté

Libre nature et Penser l’humain et la Terre : Reclus en liberté

Élisée Reclus par l’Atelier Nadar (1900) © Gallica/BnF

D’un côté, un ouvrage biographique d’Isabelle Louviot illustré par Georges Peignard, qui présente les multiples aspects d’une personnalité forte ; de l’autre, un recueil de textes du géographe anarchiste consacrés à « la libre nature » : deux parutions qui témoignent d’une même lecture, résolument actuelle de l’œuvre et de la vie d’Élisée Reclus.
Lire la suite…
par Élie Marek

Histoire secrète de la casuistique

Néanmoins, de Carlo Ginzburg : histoire secrète de la casuistique

Statue de Machiavel par Lorenzo Bartolini, à la Galerie des Offices de Florence (1843) © CC0/Jebulon

Il y a vingt ans, Carlo Ginzburg s’est penché sur un « indice », la récurrence du « néanmoins » dans les écrits de Machiavel. Aujourd’hui, il formule une hypothèse pour expliquer l’usage de cet adverbe qui permet au penseur de concilier la règle et l’exception : à l’envers d’une longue tradition qui lie Machiavel à une modernité politique et intellectuelle, celui-ci, héritier de la théologie morale du Moyen Âge, pensait en casuiste.
Lire la suite…
par Pierre Tenne

Retrouvez les anciens numéros d’En attendant Nadeau, en version numérique ou en PDF téléchargeable, sur notre page Version PDF.

;